Micro-services vs API : Comprendre la différence

Les microservices et les API gagnent en popularité dans le domaine du développement logiciel, répondant à la demande croissante de créer des applications évolutives, sécurisées et flexibles dans des délais plus courts.

Les attentes des clients évoluent rapidement, exigeant des solutions logicielles facilitant leurs tâches et offrant un confort optimal.

Les approches traditionnelles basées sur une architecture monolithique entravent souvent l’innovation pour les développeurs. En raison de leur composition rigide, apporter des modifications à une application peut devenir une tâche ardue.

Cependant, si vous visez la croissance de votre application, l’ajout de nouvelles fonctionnalités est inévitable pour répondre aux besoins changeants des clients.

C’est là que l’architecture microservices et les API interviennent. Cependant, beaucoup confondent ces concepts, créant une incertitude lors du développement d’une application logicielle.

Cet article compare les microservices et les API, dissipant ainsi toute confusion et vous permettant de choisir la meilleure approche pour la construction et le déploiement de votre application.

Plongeons dans cette comparaison.

Qu’est-ce-que les microservices ?

Les microservices représentent des unités de services plus petites et faiblement couplées, permettant un déploiement indépendant. Ces « services » se réfèrent aux différentes fonctions d’une application. Dans une architecture microservices, les fonctions d’une application sont fragmentées en de multiples composants plus petits, chacun servant des objectifs spécifiques. Ces services sont caractérisés par une granularité fine, possèdent généralement des piles technologiques distinctes, des méthodes de gestion de données propres et des bases de données dédiées. Les communications entre ces services se font souvent par le biais d’API REST, de courtiers de messages ou de streaming.

L’architecture microservices offre une approche efficace pour le développement d’applications. En étant faiblement couplés et distribués, ces services permettent d’isoler les impacts, garantissant que les modifications dans un service n’affectent pas le reste du système, contrairement aux approches traditionnelles. Cette faible dépendance réduit la complexité, permettant aux équipes de développement d’accélérer la création de nouveaux composants et de répondre rapidement aux évolutions des besoins commerciaux.

Quels sont les composants des microservices ?

Les composants essentiels des microservices incluent les API, la logique métier, la couche d’accès aux données, et la base de données. Ces composants peuvent être étendus comme suit :

  • Les clients : Ils peuvent être des applications, des sites web ou d’autres services, traitant diverses tâches telles que la recherche, la configuration, la construction, etc.
  • Passerelle API : Point d’entrée permettant aux clients de transmettre des requêtes aux services appropriés, offrant des avantages tels que la mise à jour des services, l’équilibrage des charges et la sécurité.
  • Fournisseurs d’identité : Authentifient les requêtes des clients avant de les transmettre aux services internes via une passerelle API.
  • Traitement des données : Utilisation de bases de données privées pour stocker des informations et mettre en œuvre des fonctionnalités commerciales.
  • Messagerie : Interactions entre microservices via des messages synchrones ou asynchrones pour gérer les requêtes clients.
  • Contenu statique : Déploiement de contenus statiques vers un service de stockage cloud pour une livraison directe aux clients via un réseau de diffusion de contenu (CDN).
  • Livraison de services : Guide permettant de trouver des voies de communication entre les microservices, gérant une liste de services et de nœuds.

Exemples de microservices

Des entreprises telles qu’Amazon, Netflix, PayPal et Twitter ont migré de l’architecture monolithique vers les microservices, tirant parti de la mise à l’échelle transparente, de l’agilité commerciale et des bénéfices accrus.

Prenons Amazon comme exemple. Initialement basée sur une application monolithique, Amazon a adopté les microservices pour une évolutivité améliorée. Chaque fonctionnalité a été extraite en unités de code indépendantes, encapsulées dans une interface de service basée sur le web. Par exemple, un service de paiement distinct a été créé, ainsi qu’un composant unique pour l’option « acheter ». Cette approche a permis une propriété clairement attribuée à chaque service, permettant une résolution rapide des problèmes.

Quels sont les types de microservices ?

Les microservices peuvent être classés en deux types principaux : les microservices sans état (stateless) et les microservices avec état (stateful).

Microservices sans état : Ne conservent ni ne stockent d’état de session entre les requêtes, ce qui les rend indépendants et appropriés pour les systèmes distribués.

Microservices avec état : Maintiennent ou stockent les états de session ou de données dans le code, adaptés à divers scénarios nécessitant une persistance de l’état.

Bien que les microservices soient généralement sans état, ceux avec état sont utilisés dans des contextes spécifiques.

Microservices et API RESTful

Les microservices et les API RESTful sont deux concepts distincts. Les microservices représentent des unités de services agissant comme des blocs de construction d’une application, tandis que les API RESTful définissent les protocoles et les règles d’intégration de tous les microservices en une seule application.

Bien que les microservices puissent être construits avec ou sans utiliser une API RESTful, l’utilisation de RESTful simplifie le développement de microservices faiblement couplés. RESTful, avec son principe d’interfaces uniformes, offre une faible dépendance au langage et facilite les modifications de l’API sans affecter les consommateurs. Ces deux concepts peuvent coexister, chacun résolvant des problèmes spécifiques.

Qu’est-ce-qu’une API ?

Une API, ou Interface de Programmation d’Applications, est un intermédiaire logiciel facilitant l’interaction entre deux applications informatiques. Elle établit une connexion entre deux programmes ou ordinateurs par le biais d’une interface définie.

À ne pas confondre avec l’interface utilisateur, qui lie un utilisateur final à un programme informatique, l’API connecte des logiciels et des ordinateurs, n’étant pas destinée à être utilisée directement par l’utilisateur final, sauf par le programmeur qui l’intègre dans une solution logicielle.

Les API simplifient la programmation et peuvent dissimuler les détails internes d’un système, exposant uniquement les parties essentielles aux programmeurs tout en préservant la cohérence malgré les modifications internes. Il existe divers types d’API, utilisées pour les systèmes d’exploitation, les bibliothèques logicielles, les langages de programmation, le matériel informatique, etc.

Quels sont les composants d’une API ?

Une API est composée de plusieurs parties agissant comme une collection de services ou d’outils à la disposition du programmeur. Les requêtes sont effectuées à l’aide de différents types, tels que GET, PUT, DELETE, POST. Les composants d’une API comprennent :

  • Protocoles : Définissent les règles pour l’interaction entre applications, tels que HTTP, SOAP, XML-RPC, REST, etc.
  • Format : Spécifie le style d’échange de données entre applications, comme XML ou JSON.
  • Procédures : Tâches ou fonctions spécifiques qu’une application peut exécuter.

Outils : Utilisés pour construire, tester et gérer les API, tels que AWS, IBM Cloud, SoapUI, JMeter, etc.

Quels sont les types d’API ?

Les API peuvent être classées en fonction de la politique de publication en trois types : publiques, privées et partenaires.

API publiques

  • API ouverte : Fonctionnalités publiques, librement accessibles sans restrictions, avec documentation disponible.
  • API commerciale : Accessible au public moyennant des frais, souvent avec une période d’essai gratuite.

API privées

Conçues pour améliorer les services et solutions au sein d’une entreprise, accessibles uniquement aux personnes travaillant avec le propriétaire de l’API.

API partenaires

Promues ouvertement, mais partagées uniquement avec des partenaires commerciaux ayant signé un accord mutuel.

Exemples d’API

  • API eCommerce : Permettent d’afficher des produits, gérer les commandes, effectuer des paiements, etc.
  • WeatherAPI : Fournit des informations météorologiques et de géolocalisation.
  • API Yelp : Basée sur GraphQL, collecte des avis et recommandations de clients.

Ces exemples illustrent la diversité d’utilisation des API dans des domaines tels que le commerce électronique, la météorologie, les avis clients, etc. Les API sont omniprésentes, jouant un rôle essentiel dans les services, solutions logicielles, sites web, et bien d’autres domaines.

Micro-services vs API : mécanismes de fonctionnement

Après avoir exploré les micro-services et les API dans leur essence, examinons de plus près comment ces deux concepts fonctionnent.

Comment fonctionnent les micro-services ?

Les méthodes traditionnelles de développement logiciel impliquent souvent une architecture monolithique, une seule application massive regroupant toutes les fonctionnalités et caractéristiques en un seul endroit. Cela signifie que la logique métier, l’accès aux données, et l’interface utilisateur cohabitent dans une même structure.

Les inconvénients de cette approche deviennent évidents lorsque des fonctionnalités supplémentaires sont nécessaires. Ajouter des caractéristiques à la base de code existante d’un monolithe peut accroître la complexité et la taille du système, entraînant divers problèmes tels que :

  • Les modifications peuvent impacter l’ensemble de l’application, nécessitant parfois un redéploiement complet, ce qui est risqué et consommateur de ressources.
  • La structure étroitement couplée des monolithes limite la flexibilité, rendant difficile l’adoption de nouvelles technologies ou la modification de la pile technologique.
  • La vulnérabilité d’une partie du monolithe peut compromettre l’ensemble de l’application et de ses données.

C’est là que les micro-services interviennent. Dans une architecture micro-services, les applications sont divisées en services discrets, réutilisables et communicants via des API. Chaque service est centré sur un processus métier spécifique, interagissant via des protocoles comme HTTP. Ces services sont intégrés séparément avec leurs dépendances et données, permettant des modifications ciblées sans impact sur le reste de l’application.

Les micro-services, grâce à leur approche modulaire, offrent une meilleure flexibilité, adaptabilité et résilience aux évolutions technologiques, répondant ainsi aux exigences du développement moderne, notamment dans le contexte de DevOps.

Comment fonctionnent les API ?

Une API (Interface de Programmation d’Applications) agit comme un intermédiaire, facilitant l’échange d’informations entre utilisateurs et systèmes, renvoyant les réponses aux utilisateurs.

Le fonctionnement basique d’une API peut sembler simple : un développeur fait une demande pour transférer des informations, cette interaction utilisant généralement le format JSON. Cependant, en coulisses, l’API réalise diverses actions telles que l’ajout, la suppression, la collecte ou la mise à jour de données. Ces actions sont effectuées à l’aide de quatre commandes principales :

GET : Collecte d’informations.

PUT : Mise à jour de données.

DELETE : Suppression d’éléments.

POST : Création d’éléments.

Les API, en permettant la communication entre applications, facilitent des fonctionnalités en ligne telles que les jeux vidéo, les achats en ligne, la recherche de profils sur les réseaux sociaux, etc.

Par exemple, lors de la commande d’accessoires de vélo sur Amazon, l’API joue un rôle crucial. Après avoir placé un article dans votre panier et saisi vos informations d’expédition et de paiement, l’API facilite la communication entre différentes applications pour traiter la transaction. Si vous avez choisi Google Pay, une autre application vérifie vos informations bancaires et informe Google Pay pour finaliser la transaction.

Les API sont des interfaces intermédiaires permettant à deux applications d’interagir et de répondre aux demandes des utilisateurs. Elles sont essentielles pour simplifier le développement d’applications, économiser du temps et de l’argent, et offrir flexibilité et contrôle de la conception.

Micro-services vs API : Avantages de chacun

Comparons les avantages des micro-services et des API pour les développeurs, les utilisateurs finaux et les entreprises.

Avantages de l’utilisation des micro-services

Modularité : La division des fonctions d’une application en micro-services facilite le développement, les tests et la compréhension en créant des modules distincts avec leurs propres fonctionnalités et dépendances. Cela réduit les complexités liées aux logiciels monolithiques.

Développement distribué : L’architecture des micro-services simplifie le processus de développement en permettant à des équipes plus petites de développer, tester, déployer et faire évoluer des services de manière indépendante et parallèle.

Évolutivité : Grâce à une approche à couplage lâche, les micro-services peuvent être développés, déployés et mis à l’échelle indépendamment, en se concentrant uniquement sur les composants nécessaires.

Déploiement indépendant : Les micro-services, étant déployables indépendamment, permettent d’effectuer des mises à jour spécifiques sans impacter l’ensemble de l’application.

Intégration transparente : Les micro-services facilitent la modernisation des applications monolithiques en intégrant des systèmes divers. Ils s’intègrent facilement à différentes technologies pour améliorer les caractéristiques, les fonctionnalités et la sécurité.

Flexibilité : Les micro-services offrent une flexibilité accrue en permettant l’utilisation de différentes piles technologiques pour différents services, ce qui facilite l’intégration des dernières fonctionnalités et caractéristiques de sécurité.

Sécurité : L’architecture des micro-services renforce la sécurité en gérant les compromis et les défaillances sans affecter l’ensemble de l’application.

Routage simple : Les micro-services suivent une approche de routage simple, facilitant la réception des demandes et la transmission des réponses.

Productivité accrue : La méthodologie de développement distribué des micro-services augmente la productivité en répartissant les responsabilités et en simplifiant les tâches.

Maintenance et débogage plus faciles : Les services plus petits sont plus faciles à coder et à déboguer, permettant une identification rapide des erreurs.

Mise sur le marché plus rapide : La rapidité du développement, des tests et du déploiement garantit une mise sur le marché plus rapide, permettant des améliorations basées sur les retours clients.

Cependant, bien que les micro-services offrent de nombreux avantages, ils présentent également des défis, tels que la transition complexe depuis une architecture monolithique traditionnelle, des problèmes de rétrocompatibilité avec de nouvelles versions de logiciels, des problèmes potentiels de connectivité et de latence avec plus de réseaux, et la gestion parfois complexe de la journalisation des données.

Cela dit, l’adoption de pratiques DevOps peut contribuer à résoudre ces problèmes, bien que cela puisse également présenter ses propres défis. En fin de compte, la balance entre risques et avantages reste un élément crucial dans la prise de décision.

Avantages de l’utilisation des API

Vitesse : Les API offrent une rapidité remarquable pour diverses tâches, améliorant l’agilité des entreprises et simplifiant les processus pour les utilisateurs. Par exemple, la consultation de la disponibilité d’un article en ligne peut être effectuée rapidement via une application.

Évolutivité : Les entreprises en croissance bénéficient de la flexibilité et de l’évolutivité des API, permettant le développement continu, l’expansion du catalogue, la gestion de volumes croissants de données et la réponse aux risques de sécurité accrus.

Sécurité : Les API renforcent la sécurité des applications en évitant une connexion directe au serveur web lors des appels API, protégeant ainsi l’application contre les attaques.

Augmentation de la productivité : Les API permettent une implémentation rapide de fonctionnalités, économisant du temps et des efforts pour les entreprises et les développeurs, qui peuvent se concentrer davantage sur l’innovation.

Réduction des coûts informatiques : L’utilisation d’API appropriées pour construire ou améliorer des applications évite des investissements importants en technologies, outils et ressources.

Favorise la collaboration : Les API privées encouragent la connectivité et la communication fluides au sein des équipes, malgré les défis croissants liés à la sécurité.

Stimule l’innovation : Dans un contexte concurrentiel, les API favorisent l’innovation en répondant aux demandes changeantes des clients.

Amélioration de l’expérience client : Les API facilitent une interaction transparente entre les clients et les entreprises, permettant aux entreprises de comprendre les défis, préférences et intérêts des clients. Cette compréhension permet d’améliorer les produits et services, offrant des solutions innovantes.

Personnalisation des expériences client : Les API, notamment celles basées sur l’intelligence artificielle, permettent aux entreprises de personnaliser les expériences client en analysant leur parcours d’achat et en apportant des améliorations ciblées.

Défis associés à l’utilisation des API

Sécurité : Certains défis concernent la sécurité des API, avec des préoccupations quant à la vulnérabilité potentielle des applications aux cyberattaques. Le choix attentif des API en fonction de leurs aspects de sécurité et de conformité est essentiel.

Dépendance des performances : Les performances des applications peuvent dépendre des performances des API. Ainsi, des problèmes avec une API peuvent affecter les performances globales de l’application, même si celle-ci n’a pas de problèmes intrinsèques.

Gestion des multiples API : L’utilisation de nombreuses API peut rendre difficile la gestion des services, dépendances et points de terminaison associés. Il peut être complexe de contrôler leur utilisation, surveiller les données et assurer leur sécurité au sein de l’organisation.

Utilisations des micro-services

Les micro-services trouvent leur application dans divers contextes, offrant des solutions flexibles et évolutives à plusieurs défis contemporains. Voici quelques-unes de leurs utilisations courantes :

Modernisation des applications héritées : Les entreprises modernes cherchent à adopter des technologies agiles et à abandonner les systèmes hérités pour rester compétitives. Les micro-services sont utilisés pour refacturer l’infrastructure existante, permettant le déploiement d’applications et de solutions logicielles évolutives en réponse aux demandes actuelles et futures.

Applications offrant des services tiers : Les applications fournissant des solutions tierces telles que les extensions, les outils d’analyse, les solutions de surveillance, les outils de sécurité, les applications de transfert de données, etc., tirent parti des micro-services pour gérer les ressources intensives en calcul nécessaires à leurs opérations complexes et étendues.

DevOps : Les micro-services sont un composant clé du modèle DevOps. Ces deux technologies se complètent pour accélérer le cycle de vie du développement logiciel tout en assurant la qualité. Les micro-services facilitent la réalisation des objectifs de DevOps en accélérant le développement, les tests, le déploiement et l’assurance qualité.

Big Data : Les exigences du Big Data en termes de collecte, de traitement et de livraison précis sont adressées grâce à l’utilisation de micro-services. Ces derniers peuvent gérer efficacement chaque petite tâche à chaque étape du pipeline de données, contribuant ainsi à une architecture claire et optimisée.

IA et ML : Les écosystèmes analytiques avancés tels que l’apprentissage automatique et l’intelligence artificielle nécessitent des capacités de calcul performantes. Les micro-services facilitent l’évaluation précise des modèles grâce à des méthodes de test telles que les tests A/B, favorisant ainsi une transition fluide vers de nouveaux modèles.

En plus de ces domaines spécifiques, les micro-services sont également largement utilisés dans des applications à plusieurs canaux, notamment les services de connexion, les solutions de notification, les services de réservation de voyages et d’hôtels, etc. Des entreprises renommées telles que Airbnb, Amazon, eBay, Coca-Cola, Twitter et Netflix comptent parmi les fervents adeptes de l’approche des micro-services.

Utilisations des API

Les API jouent un rôle central dans un large éventail d’industries, connectant des systèmes, des données et des fonctionnalités pour permettre la visualisation et l’échange de données sur divers canaux. Découvrons comment différentes industries tirent parti des API :

Applications web : Les applications web utilisent les API pour connecter les données, les systèmes et les fonctionnalités du backend au frontend, permettant aux entreprises d’économiser du temps et des coûts de développement. L’intégration d’API permet également une collaboration plus étroite entre différentes applications, améliorant la productivité et l’efficacité opérationnelle.

Divertissement : Les services de streaming tels que Netflix et Spotify utilisent des API pour la distribution de contenu. Par exemple, Netflix fournit une API unifiée pour créer des applications et améliorer l’expérience client.

Finance : Les institutions financières utilisent les API pour gérer des comptes, des cartes de débit et de crédit, des transactions, etc. L’approche basée sur les API permet une intégration transparente des applications, offrant une expérience robuste et réactive aux partenaires et aux clients.

Commerce de détail : Les détaillants utilisent les API pour offrir une expérience client améliorée, permettant une interaction plus poussée avec les produits et les marques. Les API facilitent la connectivité entre différents points d’extrémité pour offrir un service de meilleure qualité.

Soins de santé : Les établissements de soins de santé utilisent les API pour rendre les données facilement accessibles à travers l’organisation, favorisant une compréhension commune des besoins des patients entre employés et médecins.

Automobile : Les entreprises automobiles, telles que Tesla, utilisent les API pour envoyer des mises à jour logicielles, améliorer la sécurité et l’efficacité, ainsi que partager des informations de soins avec des tiers pour optimiser les performances logicielles.

Voyages et hôtellerie : Les sites de réservation de voyages et d’hôtels utilisent des API pour collecter des informations sur les destinations, les hôtels, la disponibilité des vols, des trains, des bus, etc. L’utilisation d’API facilite la présentation des données et la confirmation des réservations.

Snippets météo : Les entreprises utilisent les API pour obtenir des données météorologiques provenant de différentes sources et les afficher via des applications météo telles que celles d’Apple et de Google.

Commerce électronique : Les sites de commerce électronique utilisent diverses API pour suivre les expéditions, gérer les stocks, traiter les paiements (par exemple, l’API PayPal), intégrer les réseaux sociaux, etc.

Similitudes entre les micro-services et les API

Objectif commun : Les micro-services et les API sont utilisés dans le développement logiciel pour accélérer le processus de développement, les tests et le déploiement tout en maintenant la qualité.

Compatibilité avec le cloud : Les deux technologies prennent en charge les applications basées sur le cloud.

Évolutivité : Micro-services et API offrent la flexibilité nécessaire pour prendre en charge des applications qui s’étendent avec l’ajout de nouvelles fonctionnalités.

Agilité : Les deux contribuent à l’agilité du développement en permettant la création modulaire et la mise en œuvre rapide de fonctionnalités d’application.

Réduction des coûts : Les micro-services et les API réduisent les coûts liés au développement logiciel en simplifiant la complexité, réduisant les erreurs et atténuant les risques.

Sécurité : En raison de leur nature distribuée, les micro-services et les API offrent une sécurité accrue. La compromission d’un service n’affecte pas les autres, contribuant ainsi à la sécurité des données et des actifs organisationnels.

Différences entre les micro-services et les API

Architecture vs Interface : Les microservices représentent une architecture logicielle complète qui divise une application en composants plus petits. En revanche, une API est une interface ou un intermédiaire facilitant la communication entre deux applications.

Blocs de construction vs Bloc fonctionnel : Les composants des micro-services sont considérés comme des « blocs de construction » d’une application, tandis que les API sont perçues comme des « blocs fonctionnels » chargés d’effectuer des tâches spécifiques.

Étendue : Les micro-services représentent une architecture complète avec plusieurs services, tandis qu’une API est un composant des micro-services visant à améliorer l’efficacité de cette architecture.

Composants : Les composants d’une architecture micro-services comprennent la logique métier, les API, une couche d’accès aux données et une base de données. En revanche, les composants d’une API incluent un protocole, un format, des procédures ou des fonctions, ainsi que des outils.

Types : Les micro-services peuvent être de deux types : avec ou sans état. Les API, quant à elles, peuvent être publiques, privées, de partenaires, de base de données, REST, à distance, SOAP, etc.

Intégration des Micro-services et des API : Comment cela fonctionne-t-il ?

Oui, les micro-services et les API peuvent fonctionner de concert au sein d’une application, et leur combinaison peut apporter des avantages significatifs. Voici comment cela fonctionne :

Stratégie d’intégration : L’intégration des micro-services et des API repose sur une stratégie d’intégration soigneusement planifiée. Cette stratégie doit prendre en compte les besoins spécifiques de l’entreprise et les exigences en matière d’architecture.

Flexibilité et rapidité : Les API offrent aux entreprises la flexibilité et la rapidité nécessaires à la mise en œuvre réussie de l’architecture micro-services. Elles permettent de réduire la complexité du développement et du déploiement de logiciels, facilitant ainsi la création et la gestion des micro-services.

Coexistence avec les systèmes existants : L’utilisation conjointe de micro-services et d’API permet à ce nouveau modèle d’architecture de coexister avec les systèmes traditionnels ou hérités déjà déployés. Ainsi, les entreprises n’ont pas à abandonner complètement leurs systèmes existants, ce qui peut être source de stress organisationnel.

Exposition des fonctionnalités en tant que produits : Les API permettent d’exposer les fonctionnalités des micro-services en tant que produits distincts. Cela augmente la valeur de l’entreprise aussi bien en interne qu’en externe, favorisant une approche plus modulaire et orientée produit.

Réduction des coûts informatiques : Les API contribuent à réduire les coûts informatiques en évitant une intégration point à point entre les applications SaaS et les systèmes existants. Cette approche simplifie l’ajout ou la suppression rapide de micro-services en fonction des besoins commerciaux.

Normalisation des opérations : Les API permettent de normaliser des aspects critiques tels que la gestion du trafic, la surveillance, l’audit, la journalisation et la sécurité dans toute l’entreprise. Cela facilite la gestion holistique de l’environnement logiciel.

La synergie entre les micro-services et les API offre une approche puissante pour surmonter les défis liés à la transition vers une architecture micro-services, tout en exploitant au mieux ses avantages. Cette combinaison permet d’obtenir une architecture flexible, agile et réactive aux besoins changeants de l’entreprise.

En résumé, les micro-services et les API sont des éléments essentiels du développement logiciel, offrant à une organisation des avantages tels que l’évolutivité, la flexibilité, l’agilité et la sécurité pour la création de logiciels de haute qualité.

Bien que souvent confondus, les micro-services représentent une architecture logicielle décomposant les fonctions d’une application en unités plus petites, tandis que les API sont des intermédiaires permettant la communication entre deux applications.

La bataille entre micro-services et API est une confusion courante, car les services dans une architecture micro-services utilisent des API pour la communication. Cependant, au lieu de les opposer, les utiliser ensemble peut renforcer l’efficacité du modèle de micro-services, améliorant ainsi l’évolutivité, la sécurité, la conformité et la réduction des coûts de l’application.

Dans l’ensemble, l’association de micro-services et d’API offre une approche synergique plutôt que compétitive, apportant de nombreux avantages à une organisation. Partagez vos expériences avec les micro-services ou les API dans la section des commentaires !

 

Recommended For You

About the Author: Alex Bruno

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *